Les raisins de la colère

Présentation

Une séance d’une heure dans le cadre de la 1ère partie du thème 1 d’histoire, « Croissance économique, mondialisation et mutations des sociétés depuis le milieu du XIX° siècle ». La séance intervient après 1 heure de cours sur la croissance. Elle est préparée par un travail personnel sur la crise de 1929 (pour moi un dossier du manuel sur ce sujet). Elle aborde l’histoire des arts au travers du cinéma.

Déroulement

Dans les 5 premières minutes on fait une rapide synthèse du DM à propos de la crise de 1929 et un court résumé est fournie (cf. plus loin). Le film est disponible en Divx avec Vlc + vidéoprojecteur (pour aller plus vite j’ai déjà coupé les extraits).

Les extraits

Chaque extrait est court (entre 1 et 2 minutes).

Le 1er est le récit de Muley (depuis « un homme est venu un jour » à « un bout de papier avec des écritures dessus » : 2’).

Le 2° est le récit de l’expulsion (depuis « celui qui m’a vidé est venu il y a à peu près 1 mois » à la destruction de la maison : 1’45’’).

Le 3° est le début du séjour au camp (depuis les enfants sur le tas d’ordures à l’assassinat de la mère : 1’30’’).

Le 4° est l’arrivée au camp gouvernemental (depuis le gros plan sur le panneau « Farmworkers’ Weath Patch Camp » à la fin de l’entrevue Tom – directeur :2’).

Les élèves ont une fiche de travail avec 2 questions par extraits. Les questions interrogent le fond et la forme.

Les objectifs

Illustrer par un exemple pointu ce que fut la crise de 1929 : les 1er et 2° extraits permettent d’aborder l’effondrement des cours, les gains de productivité, les logiques du capitalisme financier.

Montrer le caractère Rooseveltien du film : dénonciation du capitalisme sauvage et aveugle et de ses hommes de main (volontaires ou non) ; mise en évidence de l’individu, du travailleur ; apologie du Welfare State

Donner ou renforcer la culture cinématographique : vocabulaire par exemple (flashback ; champ – contrechamp ; champ – hors-champs – etc). Et affirmer le double caractère du cinéma : il n’est qu’interprétation et il reflète son époque.

Sources

Avant tout l’excellent dossier de Philippe Hunema, http://www2.cndp.fr/TICE/teledoc/dossiers/dossier_raisins.htm
2 travaux en lien avec les anciens programmes : http://www.cinehig.clionautes.org/spip.php?article126 ; http://www.cinehig.clionautes.org/spip.php?article114

La fiche élève

Quelques mots sur le film et son réalisateur

La crise économique de 1929 n’épargne pas le monde rural : l’effondrement des prix de vente des produits agricoles ruine de nombreux agriculteurs américains, contraints à abandonner leurs terres. C’est la misère de ces petits agriculteurs des grandes plaines (Oklahoma…) que le romancier J. Steinbeck décrit en 1939 dans son roman intitulé Les Raisins de la colère. Dés 1940, le réalisateur John Ford, déjà célèbre pour ses nombreux westerns (La Chevauchée fantastique en 1939…), adapte le roman de Steinbeck dans le film du même nom. C’est l’histoire des Joad, chassés de leur terre qui migrent en Californie.

Extrait 1 (début du film) : un voisin raconte à Tom Joad, revenu chez lui, pourquoi sa famille a du partir.

• La scène entre les paysans et l’homme à la voiture : que vient faire l’homme à la voiture la ferme ? Qui en est responsable (peut-on lui ‘tirer un coup de fusil dessus’) ? Au final où est le responsable ultime et quelles sont ses motivations ?

• Par quels procédés le réalisateur oppose-t-il nettement les paysans et les expulseurs ?

Extrait 2 (début du film) : le voisin décrit sa propre expulsion

• Qu’est-ce qui motive le conducteur du tracteur ? Est-il responsable ?
Le conducteur est motivé par l’argent (pas pour en gagner beaucoup mais pour faire vivre sa famille : il est lui-même victime et non responsable).

• Par quels procédés le réalisateur rend-il la scène dramatique ?

Extrait 3 (milieu du film) : les Joad arrivent dans un camp de réfugiés tenu par des gens peu respectables

• Comment le réalisateur rend-il compte de la misère dans ce camp ?

• Comment sont présentés les 2 hommes dans la voiture ?

Extrait 4 (fin du film) : les Joad arrivent dans un camp de réfugiés gouvernemental

• Montrez que le réalisateur oppose complètement ce camp et le précédent.
I

• En conclusion peut-on dire que John Ford a fait un film Rooseveltien ?

La fiche pour les élèves
La fiche pour les élèves

À propos de l'auteur

Jean-Pierre Meyniac

J'enseigne au lycée Marie Curie d'Echirolles, près de Grenoble. Passionné de cinéma, j'anime ce site depuis sa création.

Les raisins de la colère

Une utilisation du film dans son intégralité en classe de première (ES ou L). Cette utilisation a été faite plusieurs fois, mais uniquement dans le cadre des anciens programmes… pour les nouveaux, seuls ceux de ES et L semblent convenir.

Le cadre du travail

Dans le nouveau programme de première le premier thème porte sur l’âge industriel et sa civilisation entre le milieu du XIX° et 1939 ; on étudie les transformations socio-économiques en Europe de l’Ouest et en Amérique du Nord.
Le travail proposé suppose :
– d’accorder un peu de temps à l’exploitation d’un film dans sa totalité ; ici 2H de projection et 1H d’exploitation du travail réaliséVoir l’article sur ce sujet dans cinéhig.
– de traiter un peu plus en détail la crise de 1929 aux Etats-Unis (au moins UNE heure de cours)

Le travail

Les élèves travaillent par groupes de 3 ou 4. Cela se passe en 4 étapes :
– sensibilisation au film en classe par le professeur ;
– projection du film (pas de questionnaire mais une fiche de tâche) ;
– travail du groupe hors de la classe ;
– restitution du dossier et exploitation en classe.

La fiche de travail

La fiche est distribuée. Elle s’appuie sur un dossier du CNC (Centre National de la Cinématographie (le N°7)… malheureusement introuvanle (hors des CDI et CRDP bien achalandés). Je joins en annexe un montage des principaux document de ce dossier (documents scannés.

Présentation du travail
– Le film « Les raisins de la colère » de John Ford sera projetée sur 2 heures. Vous disposerez de pages extraites d’un dossier pédagogique du Centre National de la Cinématographie (CNC) :

  1. le synopis (résumé) du film, le générique et une biographie du réalisateur, John Ford
  2. une histoire de la réalisation du film
  3. le découpage en séquences (avec en parallèle les chapitres du livre de Steinbeck)
  4. un article sur le cinéma américain pendant la crise avec un paragraphe sur ce film

– Votre travail : en groupes de 3 élaborez un mini dossier (5 à 7 pages) en vous servant des questions-guide.

Le questionnement

– Introduction (1 page) : présentation du roman de Steinbeck et du film de Ford.

– Le film, témoignage de son époque (2/3 pages)

  1. retrouvez et classez les informations que le film nous donne sur l’Amérique en crise selon les thèmes suivants : aspects économiques, sociaux, moraux, monde rural, action du gouvernement. Puis choisissiez un de ces éléments et comparez avec ce que nous avons appris en cours.
  2. A la fin de la séquence 9 arrive un recruteur et se déroule une échauffourée. Comment interprétez-vous la scène ?

– Le film, discours sur une époque (1/2 page) : on a dit que ce film est Rooseveltien (en 1940, Roosevelt va solliciter un 3° mandat de président) et qu’il fait une sorte d’apologie du New Deal. En y réfléchissant tout au long de la projection (surtout la séquence 11) et en vous servant des documents fournis justifiez ces affirmations.

– Conclusion (1/2 page) : un film de fiction est, pour un historien, à la fois un témoignage d’une époque (question 1) et un discours idéologique (question 2). Résumez en quelques lignes ce que vous avez compris de cette affirmation à travers ce film. Trouvez un autre film (des années 20 aux années 60) qui puisse bien illustrer ceci.

Ressources

– télécharger, au format PDF la fiche de travail et le dossier documentaire : attention, le second fichier « pèse » 1.9 Mo !!!

Le synopsis (en anglais ; ou le résumé sur le site www.monsieurcinema.fr

– Un dossier Collège au cinéma du CNC (cf. votre CDI ou CRDP) : les fiches d’analyse des films suivants :

  1. Les raisins de la colère
  2. La Règle du jeu
  3. Le Roi des masques
  4. Le Roi et l’oiseau
  5. Rue Cases-nègres.

À propos de l'auteur

Jean-Pierre Meyniac

J'enseigne au lycée Marie Curie d'Echirolles, près de Grenoble. Passionné de cinéma, j'anime ce site depuis sa création.

Les raisins de la colère

Proposition pour exploiter une dizaine de minutes du film de John Ford « Les raisins de la colère » en classe de première.

Eric CHARAVAY est professeur d’histoire-géo (stagiaire en 2002-2003). Il propose une fiche pour exploiter une 10aine de minutes de ce film.
—-

Quelques mots sur le film et son réalisateur

La crise économique de 1929 n’épargne pas le monde rural : l’effondrement des prix de vente des produits agricoles ruine de nombreux agriculteurs américains, contraints à abandonner leurs terres. C’est la misère de ces petits agriculteurs des grandes plaines (Oklahoma…) que le romancier J. Steinbeck décrit en 1939 dans son roman intitulé Les Raisins de la colère. Dés 1940, le réalisateur John Ford, déjà célèbre pour ses nombreux westerns (La Chevauchée fantastique en 1939…), adapte le roman de Steinbeck dans le film du même nom. Le film débute sur le retour à la ferme paternelle du jeune Tom Joad tout juste sorti du pénitencier où il vient de passer plusieurs années pour meurtre. En chemin, il rencontre l’ancien pasteur de son village, devenu vagabond depuis qu’il a perdu la foi en Dieu.

Séquence 1 (9′ à 12’30) : retour de Tom Joad à la ferme familiale et rencontre avec un ancien voisin

– Par quels procédés (lumière, décor, bruits…) le réalisateur dramatise-t-il la scène du retour du jeune Tom à la ferme familiale ?

– Qu’est-il arrivé à la famille de Tom ?

– Comment le voisin explique-t-il cela ?

Séquence 2 (12’30 à 14’35) : début du récit du voisin

– Le fermage est-il rentable pour le propriétaire de la terre ? Permet-il au fermier de vivre convenablement ?

– Qui est responsable de l’expulsion des fermiers ? Est-ce quelqu’un que l’on peut abattre d’un coup de fusil ?

– Comment John Ford montre-t-il l’attachement du fermier expulsé pour sa terre ? En quoi cette attitude est-elle opposée à celle du représentant de la compagnie ?

Séquence 3 (14’35 à 18’25) : fin du récit du voisin

– Quelle image le réalisateur donne-t-il des tracteurs à chenilles ?

– Combien un tracteur remplace-t-il de familles de fermiers ? Où partent ces familles expulsées ?

– Par quelles images, John Ford symbolise-t-il l’impuissance de l’homme face à la machine ?

Télécharger cette fiche en pdf (108 Ko

À propos de l'auteur

Jean-Pierre Meyniac

J'enseigne au lycée Marie Curie d'Echirolles, près de Grenoble. Passionné de cinéma, j'anime ce site depuis sa création.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.