Phnom Penh, 17 avril 1975 : les Khmers rouges entrent dans la capitale cambodgienne et exilent deux millions de personnes vers les campagnes. Parmi eux se trouvent la famille Do : Chou, Khuon et leur fils Sovanh, quatre ans, qui vont bientôt se retrouver séparés. C’est à partir du récit de sa mère, entendu pendant son enfance, que le jeune réalisateur Denis Do a écrit et réalisé Funan. Il fait partie de cette génération d’héritiers, nés après l’horreur mais profondément marqués par ses répercussions.

Dans le sillage de l’œuvre documentaire de Rithy Panh, Funan est un film de la transmission ; un film qui participe à la fois d’un cheminement personnel et d’une historiographie des crimes du régime Khmer rouge.

L’originalité et la force du film résident dans le double choix de la fiction et de l’animation. Le dessin de Denis Do permet de repré­senter la violence sans l’édulcorer, mais en la rendant accessible au public le plus large, et en en faisant ressortir toute l’émotion. Les enseignant·e·s d’histoire pourront donc étudier ce film dès la Troisième, en lycée professionnel et jusqu’en Terminale S, dans le cadre des chapitres sur les conflits du 20e siècle. Il offre en effet l’occasion de sortir des « sentiers battus » et de réaliser une étude de cas sur un sujet peu abordé en classe et pourtant si symptomatique du siècle des totalitarismes et des génocides.

Anaïs Clerc-Bedouet,
Zérodeconduite.net

Synopsis

Funan retrace le parcours de Chou, une jeune cambodgienne séparée de son fils Sovanh dès les premiers jours de la révolution khmère rouge de 1975. Comme tant d’autres, Chou est déportée et contrainte aux travaux forcés. Un à un, les siens lui sont arrachés. Elle subit l’injustice, le désarroi et l’impuissance et doit affronter la faim, la peur… la mort.

Le couple qu’elle forme avec son époux Khuon prend alors une toute autre dimension. Dans la souffrance et l’adversité, ils se déchirent, se redécouvrent, s’aiment et apprennent à lut­ter, ensemble. Pour retrouver ce fils que le régime lui a arraché, Chou devient une femme nouvelle, forte et déterminée. Malgré le manque et l’impuissance, elle n’abandonne pas. Parce que là-bas, quelque part, Sovanh a besoin d’elle.

Les Clionautes multi-écran

Vous souhaitez lire la suite ?

Actifs dans le débat public sur l'enseignement de nos disciplines et de nos pratiques pédagogiques, nous cherchons à proposer des services multiples, à commencer par une maintenance professionnelle de nos sites.

Adhérer aux Clionautes pour accéder aux ressources disponibles dans l'espace réservé ne se limite pas à un simple réflexe consumériste.

La modestie de la cotisation demandée ne saurait donc constituer un obstacle pour un soutien à notre démarche.