À corps perdu
Vous êtes ici : 3- DES FICTIONS A EXPLOITER EN CLASSE 4- Contemporaine

Réalisation : Mathieu Hussenot

À corps perdu

Scénario et chansons : Emma Debroise Durée 28 ’.

Bruno Modica
lundi 22 mai 2017

Le 2 juin, à 18 heures à la maison du peuple de Puisserguier les Clionautes seront associés à la présentation de ce film de court métrage qui a été tourné dans le village et qui évoque cet épisode de la libération pendant lequel les femmes qui ont vécu une histoire sentimentale avec des allemands ont été maltraitées. Ce sujet sensible est le point de départ de la réalisation de ce film qui revient sur la mémoire de cette période.
Le sujet des femmes tondues à la libération sera remis dans le contexte historique de l’épuration qui a suivi le départ des troupes d’occupation. Cette réalisation a associé des figurants de ce village de Puisserguier qui fut, pendant la période de l’occupation un des lieux de résistance avec la proximité de Fontjun.
C’est au Col de Fontjun entre les villages de Cébazan et de Saint-Chinian qu’ont lieu des combats entre l’occupant et les maquisards locaux. Cinq français sont tués, et 18 prisonniers qui après avoir été interrogés et torturés sont fusillés, sans avoir parlé, le 7 juin, en présence de la population, au Champ de Mars à Béziers. Tant à Béziers que dans les villages autour. De Capestang, Puisserguier, Colombiers, Nissan-lez-Enserune, Poilhes, Maureilhan, Montady… chacune de ces communes dénombre un de ses enfants parmi les martyrs. Juliette Cauquil de Puisserguier, épouse d’un condamné, a demandé à être fusillée aux côtés de son mari.

Deux projections 18 heures et 19 heures le vendredi 2 juin, Maison du peuple Puisserguier

écrit par Emma Debroise et réalisé par Mathieu Hussenot

Avant première à Puisserguier, seconde projection à Paris, pour changer !

le mercredi 07 juin au Studio des Ursulines - 10 rue des Ursulines, 75005 Paris
Deux séances vous sont proposées : 20h et 20h30.
Le nombre de places étant limité, merci de réserver impérativement à cette adresse :
collectif.court@gmail.com
en indiquant votre nom, la séance de votre choix et le nombre de places souhaité.

Été 1985, en France. Sur le point de mourir, Madeleine, 75 ans, reçoit la visite inopinée de son fils, Charles, à qui elle refuse de révéler la vérité sur ses origines. L’obstination de Charles à percer ce secret va réveiller chez la veille dame des souvenirs enfouis de l’Occupation allemande, notamment sous forme de chansons.

NOTE D’INTENTION DE L’AUTEURE

« A corps perdu » est d’abord issu d’une histoire vraie, celle mon grand-père maternel, Charles, qui ne connut jamais son père biologique et qui supplia sa mère jusqu’à sa mort de lui révéler la vérité sur ses origines.
A partir de cette histoire, j’ai cherché à imaginer les raisons pour lesquelles une mère avait pu refuser de révéler la vérité à son enfant ; je me suis alors souvenue que ma grand-mère maternelle m’avait raconté avoir été traumatisée par la vision des femmes tondues à la Libération, événement historique dont on parle encore peu aujourd’hui, tant il est resté tabou.
Ainsi est née l’idée de raconter une histoire d’amour interdite entre un officier allemand, Karl, et Madeleine, une institutrice Française durant la seconde guerre mondiale. Histoire d’amour qui va irrémédiablement conduire Madeleine à sa condamnation par la vindicte populaire et dont elle va garder les séquelles comme celles d’un viol.
Pour traiter ce sujet, je tenais, non pas à l’aborder de façon documentaire – en montrant, par exemple, le supplice de Madeleine - mais plutôt à traduire ce qu’elle avait vécu à travers le prisme déformant de ses souvenirs. C’est alors que j’ai eu l’envie de poétiser le propos (sans pour autant l’édulcorer) grâce à l’intervention de moments musicaux et chantés qui créent des respirations salutaires au milieu du drame, autrement dit, des « accords perdus ».
Mais ce film n’est pas simplement une fiction. C’est aussi un projet sur la mémoire et la transmission auxquelles je souhaite sensibiliser les jeunes générations qui ne bénéficient plus des témoignages directs des personnes ayant vécu cette époque.
C’est pourquoi je souhaiterais par la suite proposer ce film dans les établissements scolaires comme support pédagogique permettant d’aborder des thématiques hélas aujourd’hui encore terriblement d’actualité, comme le corps de la femme en temps de guerre ou encore le rôle du bouc-émissaire.

Emma DEBROISE

Bande annonce A Corps Perdu from Collectif Court on Vimeo.

GÉNÉRIQUE
Un film de Mathieu HUSSENOT, d’après un scénario d’Emma DEBROISE

Produit par Emma DEBROISE, Collectif Court et Tachkent Productions
Avec, par ordre d’apparition : Christophe TRUCHI, Fabrice LEBERT, Lucienne DESCHAMPS, Emma DEBROISE, Guillaume BURSZTYN, Philipp WEISSERT, Charlotte BOIMARE, Mathilde BOYER, Benjamin BRENIERE et Cécile GEINDRE

  • Production exécutive : Olivier BIERCEWICZ, Anaïs BOISNARD, Florine MIKUSINSKI
  • Assistant réalisation : Thomas FACCINI
  • Image : Mathieu HUSSENOT, Philippe COUTANT et David LAUTRETTE
  • Son : Alexandre DAZZONI, Rose BRUNEAU, Alexandre SUZANNE et François MALLEBAYS
  • Décors : Julien JOANNY
  • Costumes : Mélisande de SERRES et Marion DESGOULIERE
  • Maquillage et coiffure : Fany AUGE et Muriel MAX
  • Régie : Olivier BONNABEAU
  • Musique et arrangements : Ludovic LEFEBVRE
  • Paroles : Emma DEBROISE
  • Instruments : Ludovic LEFEBVRE (piano & guitare), Luc-Emmanuel BETTON (violoncelle), Axel DACHET (violon)
  • Interprétation : Emma DEBROISE, Philipp WEISSERT, Charlotte BOIMARE, Ludovic LEFEBVRE, Delphine CADET
  • Chœur : Emma DEBROISE, Charlotte BOIMARE, Lucienne DESCHAMPS, Audrey FAURE, Nathalie BIREN, Ludovic LEFEBVRE
  • Montage image : Mathieu HUSSENOT
  • Montage son : Charles VALENTIN
  • Mixage : Matthieu TIBI
  • Etalonnage : Jean-Michel PETIT

Figuration

Khalil TAKUN, Mélisande de SERRES, Olivier BONNABEAU, David LAUTRETTE, Béatrice THOMINE, Damien CAPY-THOMINE, Henri & Solange THOMINE, Lilas RODA, Nina GONZALEZ, Caroline PITUSSI, Monique COLOMBIE, Virginie MARTINEZ, Lali TAILHADES, Dédou MARTINEZ, Vincent & Alix FAURE, Marie & Sabrina FAURE, Philippe COLANGELO, Sylvie BOYER, Olivier BIERCEWICZ, Jacques COLANGELO, Dany VANHALST, Louna VANHALST, Cédrick MEINE, Marion DESGOULIERE, Stéphane BESSON, Françoise LE BUZULLIER, Théo CHAUBETON, Hugo & Morgane VERMONT, Doriane BESSON, Florian PRZYBYLSKI, Sébastien RUAT, Frédéric GIRAUDON

Avec la participation active des MémoiRes de PUISSERGUIER et de Maquisards Reconstitutions
Et le soutien des mairies de Puisserguier et de Montouliers

Par Bruno Modica

Clio-Ciné 2017

Licence Creative Commons
Les Clionautes sous licence Creative Commons Attribution
Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International

Site développé avec SPIP, un programme sous licence GNU/GPL.

Design et Squelettes : B. Modica & X. Birnie-Scott pour Clio-Ciné.

Hébergement Clio-Ciné par